Final Fantasy VIII est pour moi, le scénario le plus complet et le plus discuté de toute la série. Bien des polémiques existent entre la relation Ultimecia/Linoa, les rapports Laguna/Squall, la cinématique finale, etc…L’histoire des plus complexe est également l’une des mieux organisées, on voit là un travail acharné de la part des scénaristes et du réalisateur pour enchaîner les scénarios entre présent/passé/futur. C’est aussi le premier de la série à finir sur des questions non résolues, ce qui sort de l’ordinaire de la dite saga.

Les personnages sont également plus charismatiques. On voit clairement dans cet opus que Squaresoft accentue les détails et les relations liées aux divers personnages que l’on contrôle, tant et si bien que le héros incarné au départ (Squall) n’est pas forcément le personnage principal de cette histoire.

Le système de jeu, jugé par certains trop rébarbatif (qui on ma foi oublié les longueurs existentielles d’un ff quel qu’il soit) n’est certes pas une innovation. L’ATB rendu célèbre pour son impartialité (hé oui, pour taper plus vite, il faut monter la carac ! mon Dieu, d’un compliqué) entre la vitesse de nos personnages et celle de notre adversaire peut, je le conçois, rendre fou n’importe quel joueur n’ayant pas accédé à la 3eme/4eme partie du jeu. Dépassé cela, je pense que le système d’amélioration via les magies compense largement la perte de temps en combat. Il est cependant clair que les magies jouent un rôle important (voir vital) dans l’optimisation du personnage, et très peu dans les dégâts infligés en combat par celle-ci. Mais où est écrit qu’une magie devrait faire plus de dégâts qu’un coup physique, si celle-ci s’évertue déjà à augmenter vos dommages? Là était l’innovation du système de combat.

En somme, les commentaires que j’ai pu lire donnent deux appréciations : La banalité du ff, ou au contraire, son originalité. Pour ma part je dirais que FF8 se démarque par:

_Son scénario hors pair_Son graphisme pour un jeu sorti en 1999_Ses personnages beaucoup plus travaillés que les précédents_Sa réflexion sur les évènements en cours de jeu_Son esprit, qui sort de l’aspect « rose » du type fantaisie, ou la réalité des choses rattrape le joueur pour son aspect politique et ses implications (guerre entre factions, rivalités, …etc.)

C’est pourquoi je décerne à cet épisode de la série un 10/10. 10 n’incarne pas la perfection, mais la représentation de la plus optimale des notes pour une qualité de jeu des plus approfondie.Et pourtant, j’ai bel et bien commencé par FF7 ;)