The King of Fighters 2003 est un jeu vidéo PlayStation 2 publié par Ignition Entertainment en 2006. Il se joue à 2 joueurs.

  • 2006
  • Beat them up
main

Test du jeu vidéo The King of Fighters 2003

3.5/5 – Très bien par Antekrist

The King of Fighters 2003 marque plusieurs tournants dans la saga. C'est le dixième épisode, et le dernier à tourner sur Neo.Geo. C'est aussi le premier édité par SNK Playmore, et le premier à utiliser un système de tag, sur lequel nous reviendrons en cours de test. Enfin, c'est le dernier à intégrer un millésime dans son titre, les futurs volets se voyant dotés d'une numérotation en chiffres romains (The King of Fighters 2006 étant une exception, puisque c'est le nom américain d'un hors-série du diptyque Maximum Impact).

VU A LA TELE, ET MEME A LA RADIO

La mégalomanie de Rugal Bernstein, la venue d'Orochi, le démantèlement du NESTS... En coulisses, le tournoi King of Fighters a toujours connu des moments forts qui, malgré tout, sont restés cachés aux yeux du public. Mais les compétiteurs, eux, en connaissent les tenants et les aboutissants. Alors, lorsqu'un mystérieux bienfaiteur décide d'organiser une nouvelle itération du tournoi, les esprits s'échauffent. Ce qui n'empêche pas les vétérans de s'inscrire l'un après l'autre, et les nouveaux venus de tenter de défier l'ordre établi. Le buzz se fait rapidement, les médias couvrant l'évènement vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept. De nouvelles règles, un nouveau décor : cette année, le roi des combattants sera connu de tous, et son nom brillera à jamais...

FAIS TOURNER, FAIS TOURNER, FAIS TOURNER

The King of Fighters 2003 est un beat'em up en deux dimensions proposant quelques modes de jeu classiques, de l'arcade au versus, en passant par l'entraînement et le survival. La galette contient en tout et pour tout trente-sept personnages dont trente jouables d'office, répartis comme toujours en équipes de trois.

La principale différence entre ce volet et les précédents, tient à l'ordre d'apparition des combattants durant l'affrontement. Jusque là, pendant qu'un membre de l'équipe se battait, ses copains le soutenaient uniquement de leurs encouragements à distance et, s'il perdait le round, il abandonnait son équipe. KOF 2003 fonctionne à la manière des Capcom Vs. SNK, avec la possibilité de changer de personnage en cours de combat, ce dernier ne s'arrêtant que lorsque les trois équipiers, d'un côté ou de l'autre, ont été terrassés. Cependant, à la différence de CVS, il n'est pas possible de changer à l'envi, il faut attendre que le message CHANGE OK apparaisse au dessus de la jauge de puissance.

Notez que si vous déclenchez le changement (avec l'une ou l'autre des gachettes), il y a un court temps de latence durant lequel le personnage peut être touché. Le cas échéant, le changement est annulé. De même, le personnage qui entre en jeu le fait à l'endroit exact d'où son partenaire a fui, et s'il est invincible tant qu'il est dans les airs, il peut être latté au moment précis où il touche le sol, avant même d'avoir pu se mettre en garde.

Le changement est donc à utiliser parcimonieusement, histoire d'éviter un capharnaüm à la CVS sans doute. Vous pouvez lui préférer la Change Attack (quart de tour avant plus gachette), qui permet au personnage qui s'évade comme à celui qui entre en jeu, d'attaquer l'adversaire. Cette attaque est peu puissante et ne touchera pas obligatoirement, mais au moins, cela peut déconcentrer votre vis-à-vis.

Ce système de tag entraîne le choix, une fois votre équipe déterminée, d'un leader. Le personnage choisi en premier est le leader de l'équipe, ce qui, au demeurant, n'entraîne pas grands changements. Il n'est ni plus puissant, ni plus résistant que ses collègues. Mais c'est le seul à avoir accès à un coup spécial particulier, le Leader Special Move, qui ne peut être déclenché que lorsque le personnage est dans le rouge (à la manière des Desperation Moves) et au prix de deux niveaux de la jauge de puissance, sur les trois qu'elle peut contenir au maximum.

Pour le reste, le gameplay est identique à ce que l'on connaissait. Le jeu se pratique à quatre boutons, deux pour les coups de pieds et deux pour les coups de poings. En combinant ces touches et les différentes directions du stick analogique gauche, vous pourrez réaliser des combos, des projections, des casse-garde, des contre-attaques, des cancels et toute une panoplie de coups spéciaux.

MISE A JOUR 2.0, VEUILLEZ NE PAS ETEINDRE VOTRE APPAREIL

Esthétiquement parlant, The King of Fighters 2003 souffre du même genre de chara-design que le terrible millésime 2001, fade, plat et sans aucun charisme. Et surtout, il donne naissance à une espèce de mode dans la série, celle des décors en vraie fausse 3D polygonale à souhait, par dessus laquelle les personnages, toujours en jolis pixels fins (ouf) s'incrustent affreusement mal. L'animation m'a par contre paru un poil plus détaillée qu'à l'accoutumée, et la bande-son, sans forcément réveiller les morts, accompagne plutôt bien l'action.

A jouer par contre, ce KOF permet enfin à la série d'entrer dans le nouveau millénaire. Et même si ce système de tag est moins permissif que celui des Vs. Fighting pop-corn de Capcom, il entraîne du coup un aspect tactique pas dégueulasse du tout. A contrario, le coup spécial du leader n'apporte pas grand chose, puisqu'il se rajoute à deux Desperation Moves par perso et fait du coup doublon. Il remplace quoi qu'il en soit les Hidden Super Desperation Moves de l'épisode 2002, et ce n'est pas un mal.

Avec une quarantaine de personnages jouables relativement bien équilibrés, cet opus en propose en tout cas pour tous les goûts, et si les modes de jeu ne sont pas très nombreux, on reviendra malgré tout régulièrement sur la galette pour une petite partie.

The King of Fighters 2003

Synthèse

3.5/5 – Très bien

  • 5/5 – Parfait !
    0 joueurs
  • 4/5 – Exceptionnel !
    0 joueurs
  • 3/5 – Très bien
    1 joueur
  • 2/5 – Presque bien
    0 joueurs
  • 1/5 – Bof…
    0 joueurs
  • 0/5 – Nul !!
    0 joueurs
Lire les 1 avis