Si aujourd’hui je crache allègrement sur Konami, dans les années 90 c’était une véritable boîte à hits, à la base de nombreuses orgies vidéoludiques. Ce Rocket Knight en est l’une des nombreuses preuves, petit bijou de plate-forme /action sans véritable reproche, hormis un mode Crazy Hard totalement impossible à boucler (faire toute l’aventure en un coeur !).