Chacun a ses lacunes videoludiques. Moi, qui ait commencé à jouer en 90, qui ait possedé de consoles assez Underground (Lynx, Pc-engine), qui ait passé de nombreuses heures à jouer, je n’avais jamais essayé un Castelvania. Il a fallu attendre 2009 pour que je m’y mette, sur un jeu acheté 5 euros pour ma Nintendo DS (vive la retrocompatibilité)

Alors mon impression… What the fuck ?

Bien vite je me suis cru devant une copie de metroid, en très fade et sans charisme. Un jeu ma foi assez long mais très facile, un jeu soit disant gothique mais faisant passer Mario pour Marylin Manson, un jeu certes beau mais sans plus à mes yeux.

J’avoue ne pas comprendre les critiques envers ce jeu. Le scénario (2035) n’est pour ainsi dire pas exploiter, ce jeu n’invente rien, et je parle sans référence à d’autres Castelvania puisque celui-ci est mon premier (je viens d’acheter Portrait of Ruin sur DS pour parfaire mon impression de la série).

J’ai la même impression que devant un woody Allen au cinéma. Toutes les critiques sont élogieuses, tout le monde dit adorer, et au final on s’emmerde devant une fable moderne à chier. Et on ferme sa gueule de peur de passer pour un atardé.

Et bien je l’ouvre : Ce castelvania est une daube infame, un jeu sans ame, sans rien. Un jeu à la technique réussie mais qui n’a rien d’autre. Un jeu qui m’a profondement emmerdé après quelques dizaines de minutes de jeu, et que je me suis forcé à finir par principe, dans l’espérance d’un quelconque frisson de plaisir qui n’est jamais venu.

Une authentique daube, le pire jeu auquel j’ai joué depuis au moins 5 ans, pas vu ça depuis Superman 64 et Lode Runner 3D.