Une approche très - trop - académique du point’n click, qui m’a un peu rebuté. Le design est très plat et fade, l’histoire assez vite larmoyante et ennuyeuse, et si les énigmes conservent une certaine logique, je ne suis pas du tout d’accord pour vanter les mérites de l’ergonomie de la machine, ici fort mal exploitée : certes, les développeurs se sont employés (acharnés même, pourrait-on dire tant cela semble artificiel) à utiliser toutes les fonctionnalités de la DS (stylet, micro, mais aussi double écran, avec la fameuse fonction de mise en pause par fermeture, qui permet d’imprimer un motif de l’écran du haut sur celui du bas), mais l’imprécision des phases au stylet, lors d’un jet ou d’un frottement par exemple, est impardonnable : un quart d’heure pour gratter la rouille pixel par pixel, j’appelle ça du temps perdu.Je reste persuadé que l’on peut faire bien mieux en la matière sur un support qui semble taillé pour permettre la renaissance du genre.